Éducation aux émotions dès l’enfance

Un atelier présenté par Marie, Isabelle, Maryline et Jean-François

Elle avait quatre ans et demi. Je me souviens d’un jour où elle  était particulièrement « bougonne », dans une opposition systématique… Au bout d’un moment, j’ai senti en moi l’agacement s’installer. Je me suis assise au sol et lui ai dit : « Je me sens très agacée, alors je vais faire le petit chemin dans mon cœur. » Elle m’a regardée, sans un mot est venue s’asseoir sur moi et, malgré son agitation de l’instant, est restée tout à fait calme et silencieuse pendant le temps de mon propre auto-accompagnement. Lorsque j’ai senti l’apaisement en moi, je lui ai dit : « L’agacement est parti de mon cœur ». Elle s’est retournée avec un grand sourire : « Moi aussi, mamie ! »  Marie

 Dès 2013, Thierry Vissac, à partir de son expérience, dresse le constat :

« (…) Si nous sommes plus ou moins capables de rapporter ce que nous « pensons », nous avons le plus grand mal à reconnaître ce que nous « ressentons » et « éprouvons ». »

 Il s’aperçoit que les adultes doivent être « réparés » de ce manque éducatif.

 Dans notre culture, les enfants sont éduqués aux savoirs et encouragés à la recherche d’appréciation de l’adulte ; on ne s’intéresse pas à leur ressenti, on ne  favorise pas leur maturation émotionnelle.

« (…) La richesse de la vie intérieure est occultée au « profit » de la culture de l’intellect, ((…) une des blessures fondamentales de l’être humain). »

« La « connaissance de soi » préconisée par les anciens philosophes est toujours lettre morte. »

L’auto-accompagnement des émotions

Le processus d’auto-accompagnement sollicite notre faculté à diriger consciemment notre attention et notre capacité à  l’orienter vers l’intérieur.

C’est grâce à cette orientation de l’attention que nous pouvons ressentir ce qui s’anime en nous.

« (…) Tout mouvement intérieur (une émotion, par exemple) est comme une vague qui se soulève à l’intérieur de soi et redescend. »

Nous pouvons sensibiliser les enfants à reconnaitre et à accompagner ces mouvements intérieurs, perçus comme une vague.

« Accompagner un mouvement intérieur comme celui de l’émotion, c’est ressentir le mouvement de cette vague intérieure, la laisser être et la laisser se dissoudre. »

 Nous apprenons à maintenir notre attention sur le processus en cours, nous nous ouvrons à la capacité de nous laisser traverser par l’émotion et, ainsi, nous ne sommes plus condamnés à réagir de manière automatique et impulsive.

C’est une démarche en trois étapes : reconnaitre et accompagner le ressenti, en prendre la responsabilité, le laisser se dissoudre et traverser.

« L’auto-accompagnement, dans cette proposition, désigne la capacité naturelle, pour peu qu’elle soit enseignée et développée assez tôt, à « reconnaître » en soi ce qui s’anime, à le verbaliser, à en prendre la responsabilité et à le laisser se dissoudre. »

Deux ouvrages, Mes Émotions… des visiteuses inattendues  et Bambou au Pays des émotions, offrent aux enfants la possibilité de renouer avec leur vie intérieure et de poser les bases d’une éducation qui intègre cette dimension vitale de l’existence. D’autres outils sont en cours d’élaboration.

Une autonomie émotionnelle se développe peu à peu, préalable nécessaire à une ouverture vers notre nature profonde

Nous apprenons à accompagner nos évènements intérieurs librement, sans dépendre de ce qui se passe autour de soi ou avec les autres, en laissant simplement l’attention revenir en soi, véritable espace de réconciliation et de maturation possible.

« Les émotions ne sont qu’un des aspects de la vie intérieure d’un être humain. Leur accompagnement ouvre sur des espaces plus vastes et plus profonds. »

Urgence d’une éducation pour le temps d’après

Développer dès l’enfance cette ouverture à la vie intérieure, cette capacité à vivre nos émotions de manière autonome, apparaît comme une base nécessaire pour construire une nouvelle manière de vivre ensemble.

« Ce chemin intime, fondamental et simple, permet de poser les bases saines d’une nouvelle façon de vivre ensemble, favorisant l’émergence d’êtres humains plus conscients de ce qui les anime et capables d’être à l’écoute de leur nature profonde. »

Nous sommes en train de vivre un bouleversement dont nous ne  mesurons pas encore l’impact. Nombre d’entre nous  y voient  un espace pour poser de nouvelles fondations sociales. L’impasse sociétale, écologique dans laquelle l’humanité est engagée nous y invite avec force. Nous ne pourrons rendre vivant le lien profond qui nous unit que si nous sommes suffisamment engagés dans un chemin d’autonomie émotionnelle, affective, pour le nourrir  durablement.

Nous nous devons d’y préparer nos enfants.

Nos plus beaux projets ne pourront devenir pérennes qu’irrigués par les profondeurs de l’être.

« Pour réussir des transitions sociales, écologiques, spirituelles, nous devons refonder dans l’amour. »

 Les citations de Thierry Vissac proviennent de Traversée – Trois étapes clés pour une libération et des textes de son site Istenqs: Une éducation avec âmeFondation d’une éducation avec âme et Le temps d’après.