Réconciliation

Atelier présenté par Cécile et Éric

La pratique de la compassion pour la souffrance masculine de la pulsion crée peu à peu une réalité différente. Quand on a goûté une fois à cet océan de douceur, d’accueil et de pardon, on en est transformée. À mes yeux, c’est un temps fort du travail de réconciliation et une façon très concrète de faire exister un nouveau monde. Cécile

Après des années où j’ai porté sans conscience le masque de l’homme dominant dans le monde « normal » où l’homme est dominant, j’ai un désir récent d’être sincère et honnête dans ma relation de couple. La proposition est de révéler tous les mécanismes de la faille et d’aller jusqu’à la compassion pour la souffrance féminine (son ressenti d’écrasement et de menace vis-à-vis des hommes). Éric

Nous participons chacun à l’un des deux groupes de travail —Femmes et Hommes —formés sur l’impulsion de Thierry pour développer la pratique de la compassion : compassion des femmes pour la souffrance masculine de la pulsion, compassion des hommes pour la souffrance féminine de l’écrasement.

Dans sa vidéo L’Ère de la réconciliation, Thierry fait le constat de la guerre actuelle et propose une voie de réconciliation par la pratique de la compassion. En voici les grandes lignes, avec des propositions pour un atelier.

État des lieux : la guerre

La plupart des interactions entre les femmes et les hommes sont fondées sur des stratégies issues du conflit. Le fait que les hommes soient actuellement montrés du doigt comme des prédateurs n’est pas injuste mais l’explosion actuelle est une impasse.

Nous devons parler en termes de réconciliation si nous voulons retrouver une unité en termes spirituels. Nous sommes des âmes. Essentiellement, nous ne sommes ni des femmes ni des hommes. Nous pouvons transformer notre structure pour qu’elle soit le support d’un nouveau mode d’existence.

La seule voie est la compassion. Compassion des hommes pour ce que les femmes ont dû vivre pendant des siècles en s’adaptant à un monde dominé par le masculin. Compassion des femmes pour la souffrance taboue de la pulsion sexuelle masculine.

Axe 1 — Femmes et hommes : la compassion

La compassion est un travail intérieur qui consiste à tourner son attention vers la détresse ressentie par l’autre sexe, pour la prendre en soi : détresse de ce que la femme porte, détresse de ce que l’homme refoule.

Cette proposition rencontre des résistances parce qu’il y a de la colère : les femmes sont souvent sceptiques en découvrant la souffrance de la pulsion masculine ; les hommes croient souvent que les femmes s’en tirent plutôt bien. Il faut d’abord intégrer la réalité de ces souffrances.

Atelier pour les femmes et pour les hommes : Ressentir la compassion ensemble et l’exprimer.

Axe 2 — Hommes : la pulsion

Il est difficile de faire entendre qu’un homme peut aussi être une victime, non pas des femmes mais de ses pulsions. Le prédateur ne retire pas de jouissance de son acte ; il est agi par une force brute qu’il n’a pas appris à accompagner (voir à ce sujet l’atelier Accompagnement des émotions).

La question de la pulsion est cruciale. Elle demande de regarder deux points en particulier (extraits de la vidéo Prédateurs) :

–  la frustration : la pulsion est une contrainte du corps, posséder le corps de l’autre n’apporte pas de soulagement, laisser passer est un acte de maturité spirituelle, importance de remettre en question la valeur du soulagement par la pénétration, un chemin initiatique ;

– les objectifs clairs : servir plutôt que se servir, il y a un homme de pouvoir en chaque homme, le sacrifice de soi n’est pas inné, cesser de décoder la vulnérabilité féminine comme une invitation.

Atelier pour les hommes : Comment puis-je accompagner la pulsion?

Axe 2 — Femmes : les stratégies

Si la priorité dans la réconciliation est à la charge des hommes, les femmes peuvent toutefois prendre leur part en portant un regard lucide sur les stratégies détournées qu’elles ont mises en place, souvent à leur insu, pour se protéger de la domination masculine.

Les stratégies détournées ne sont pas à mettre sur le même plan que la domination masculine mais il est utile de les regarder et de les désamorcer, car elles sont douloureuses pour la personne qui les subit comme pour celle qui les met en œuvre.

Par exemple, la revendication des femmes de s’habiller comme elles veulent s’est développée comme une stratégie pour exister mais cela exerce un effet sur les hommes, qui doivent contenir leur pulsion en silence. C’est une stratégie de compensation qui n’aide pas à la réconciliation.

Il existe plusieurs sortes de stratégies : des stratégies de compensation, mais aussi des stratégies de faiblesse, de refus, d’agression, de diversion, de doute, de manipulation et de résistance.

Atelier pour les femmes : Quelles sont mes stratégies détournées?